Enregistrez vous et recevez le livre bonus

l'hypersensibilité ou le rien
Spread the love

Nous sommes des êtres polarisés et les médecines énergétiques l’ont d’ailleurs bien compris. Cela m’a fait prendre de conscience qu’un être hypersensible peut aussi ne rien ressentir.

Dans un précédent article, je vous donnais des clés pour comprendre et gérer l’hypersensibilité.

J’avais ici envie d’aller un peu plus loin de manière à comprendre ce qui se passe chez ces personnes et voir s’il est possible de dépasser ces variations extrêmes entre l’hyper et le rien.

Nous avons vu que l’hypersensibilité est une caractéristique qui se manifeste chez un grand nombre de personnes et qui peut se présenter sous différentes formes.  L’hypersensibilité peut varier en polarité, c’est-à-dire qu’elle peut être positive ou négative. En effet, certaines personnes peuvent être hypersensibles aux émotions positives, telles que la joie et l’amour, tandis que d’autres peuvent être hypersensibles aux émotions négatives, telles que la tristesse et l’anxiété.

Mais, il est également important de mentionner que la sous-sensibilité peut également être présente, ce qui peut signifier que certaines personnes peuvent être moins sensibles que la normale à certains types de stimuli. Cette variation dans l’hypersensibilité peut avoir un impact significatif sur la vie quotidienne des personnes concernées et mérite d’être explorée en profondeur.

Le fonctionnement de l’hypersensible

La structure schizoïde

C’est un concept qui provient de la psychanalyse.

La personne est caractérisée par un retrait émotionnel et social, une tendance à la solitude. Elle préfère l’imagination et l’introspection plutôt que les contacts interpersonnels. Elle a une grande difficulté à exprimer des émotions.

Elle peut sembler froide, distante et indifférente aux autres. Elle peut aussi avoir du mal à se connecter émotionnellement avec les gens autour d’elles.

La structure schizoïde peut avoir ses origines dans l’enfance, où l’enfant a peut-être été confronté à des relations parentales inadéquates ou à des traumatismes. Une barrière psychologique contre le monde extérieur s’est alors construite. Cette barrière peut protéger l’individu contre des situations anxiogènes mais peut également être un obstacle à la communication et à l’intimité.

L’hypersensible et les autres

L’hypersensible peut avoir cette sensation de ne pas appartenir à l’espace humaine car il a des difficultés à se connecter. Il préfèrera les animaux, les plantes, les minéraux.

Dans la relation, l’hypersensible sera très timide. A l’extrême, il peut avoir honte d’exister.

L’autre devient trop vite envahissant. Il fait trop de bruit, allume trop les lumières, parle trop et en plus fait ressentir des émotions! Il met à distance pour retrouver son goût de solitude.

L’émotion est souvent trop forte donc l’hypersensible préfère s’anesthésier pour ne pas ressentir.

L’hypersensible et le corps

Un risque de dissociation entre le corps et le mental/esprit existe.

Le corps existe car c’est un véhicule mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant. Les concepts mentaux ou spirituels le seront beaucoup plus.

La compréhension remplace l’appréciation des stimulis sensoriels et la spiritualité est préférée à l’incarnation.

S’il se concentre sur le corps, ce sera pour le maîtriser, le transcender et non pour être se relier à lui et écouter ses informations. C’est en cela que conseiller le Yoga a un hypersensible peut être en réalité risqué. Je vous invite à revoir l’article sur ce sujet.

Un être attirant

Tout n’est pas négatif chez l’hypersensible. Il cherche l’originalité, ne supporte pas la banalité et sera donc un partenaire avec qui il n’est pas possible de s’ennuyer.

La recherche de vérité de l’hypersensible

Son plus grand besoin est sa plus grande peur: le lien avec les autres.

Il a beaucoup de choses à offrir mais ne le sait pas lui-même car il gamberge dans sa peur.

Les clés

Remettre les émotions et les ressentis à leur place

L’hypersensible doit comprendre qu’avoir des émotions et des ressentis ne va pas porter atteinte à sa vie.

Un équilibre entre les émotions et la raison est à trouver. Les émotions peuvent être puissantes et influentes, mais il est important de ne pas les laisser dominer complètement nos actions et nos décisions. Comme il serait dommageable de laisser la cerveau rationnel régner. En « remettant les émotions à leur place », nous pouvons trouver un équilibre sain entre nos émotions et notre capacité à réfléchir rationnellement.

La seule solution est de les vivre quand elles se présentent et ne pas les enfouir. Cela permet de ne pas avoir de sur réactions.

Il ne s’agit pas forcément de les exprimer. Ce n’est pas toujours opportun selon les contextes. Il s’agit surtout de les ressentir pleinement. Il sera possible ensuite de verbaliser ou encore écrire pour « évacuer ».

Retrouver le lien au corps

Un travail de reconnexion au corps est à prioriser. Ce travail devra être subtil car il pourrait avoir tendance à vouloir le maîtriser comme nous l’avons vu. Il peut avoir peur des massages. Les auto massages seront donc une première étape. Ceux ci seront à faire idéalement devant un miroir, le temps qu’un changement s’opère.

Trouver sa place

L’hypersensible cherche toujours sa place dans l’existence. Il cherche sa « mission » et va dans le monde à reculons. Il peut avoir besoin d’aide pour comprendre qu’il est légitime à exister dans le monde.

Cette grande question paraît complexe. En réalité plus la question semble lourde, plus la réponse est simple. Il s’agit de juste savoir ce qu’on aime, ce qui nous plaît. A force d’échecs et de déceptions, il peut être délicat de le savoir. L’expérimentation reste la seule véritable clé.

Il faut aussi savoir rester ouvert aux imprévus, aux opportunités qui se présentent tout en étant conscient de ses propres limites : que suis je prêt(e) à accepter ou non?

Faire sa place nécessite aussi d’avoir des objectifs planifiables. Les neurosciences recommandent même d’en avoir plusieurs. Un sur le court terme, un sur le moyen terme et un sur le long terme. Le premier permet de se réaliser et prendre ses marques, le moyen de temporiser et le dernier de se fixer une motivation dans la vie en général.

L’hypersensible a besoin de concrétisation pour retrouver son équilibre et son affirmation. Chaque petit geste quotidien est un pas pour sa propre acceptation et reconnaissance dans le monde qu’il s’est choisit.

    Partagez sur votre réseau préféré

    En savoir plus sur Vérité Intérieure

    Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

    Poursuivre la lecture