Enregistrez vous et recevez le livre bonus

Eveil et benjamin Casteillo
Spread the love

Nous sommes aux commandes de notre vie, nous avons ce pouvoir créateur. C’est le message d’éveil que nous délivre Benjamin Casteillo. Benjamin œuvre pour la transition d’un monde durable. Il a créé pour cela New World Together.

Comme nos amis Florian, Mathieu et Franck, retrouvez l’interview de Benjamin ici.

Présentation de Benjamin

Il a quitté une carrière au sein d’une multinationale après un éveil de conscience. Cet éveil a fait suite à une retraite méditative à Bali, là où il habite depuis 2006. Depuis, il s’est lancé dans la catalisation de l’éveil collectif des consciences. Il souhaite aider l’humanité à surmonter les grands défis du 21e siècle. qui sont un peu corsés.

Définition de l’éveil.

C’est plutôt la prise de conscience que l’on est aux commandes de notre vie. On est aux commandes des programmes qui nous font faire des choix dans notre vie. C’est vraiment reprendre notre place de créateur plutôt que de suiveur. Avant l’éveil de conscience on est un petit peu passager de nos vies.

On est soumis à des programmes qui sont très inconscients et on ne sait même pas qu’on a le pouvoir d’agir et de changer. On a le volant de sa vie entre ses mains et on peut tout reprogrammer en conscience. Bien sûr ce n’est pas facile parce que se réveiller avec le volant dans les mains c’est aussi rapidement se rendre compte qu’en fait on ne sait pas du tout conduire. C’est tout un apprentissage.

Les expériences de Benjamin

Benjamin nous raconte.

Les premiers pas

Depuis très jeune, j’ai ressenti que le monde dans lequel j’étais né ne tournait pas rond. J’étais incapable de l’expliquer. C’était un ressenti et puis plus j’ai grandi plus ce ressenti a augmenté. Ne sachant pas quoi faire, j’ai fait beaucoup d’efforts pour le refouler dans mon inconscient.  J’ai bien essayé de rentrer dans le moule, de faire comme tout le monde.

J’ai fini par faire une école de commerce internationale pour pouvoir voyager. J’avais quand même une intention : c’était celle de comprendre un petit peu comment le monde fonctionne. Puis, quand j’ai fait ma carrière professionnelle, plus j’ai avancé plus je me suis rendu compte que non seulement ça ne tournait pas rond mais qu’en plus ça allait dans le mur.

 Ca m’a amené pas mal de soucis parce que du coup je me suis retrouvé habité par énormément de dissonance cognitive. D’un côté j’avais un récit qui me disait que je réussissais. J’étais cadre supérieur c’est-à-dire pouvoir /argent/ statut social. C’était un récit qui était séduisant. De l’autre j’avais une conscience qui me disait « mon petit gars,  là tu es en train d’alimenter un système qui envoie l’humanité dans le mur ».  Tu peux pas vraiment appeler ça du succès. Pour essayer de trouver la paix intérieure, je suis parti faire une retraite méditative et cette retraite méditative  m’a ouvert une nouvelle dimension dont je ne connaissais même pas l’existence, qui est la dimension de l’intériorité la dimension de la conscience.  Quand cette dimension s’est ouverte à moi j’ai eu un une intuition un ressenti.

Une mission révélée et assumée

S’il y avait des clés pour l’humanité  ça valait peut-être le coup de continuer. J’ai continué sur ce chemin, j’ai tiré sur une grosse ficelle parce que la problématique que je voulais résoudre c’était comment faire pour que l’humanité ne se détruisent pas.

 Quand je suis arrivé au bout de la ficelle, j’ai eu une énorme claque avec énormément de prise de conscience, ça a été assez violent. C’est quand même passé par l’hôpital psychiatrique. J’ai fait ce qu’on appelle des crises d’émergence spirituelle. Il m’a fallu 1 an et demi pour pouvoir cadrer ça. J’ai fait au total 7 crises d’émergences spirituelle. J’ai fini à l’hôpital psychiatrique. La dernière j’ai finalement compris qu’en fait bon c’était pas que moi mais on avait tous un pete au casque.

 C’était là-dessus que je devais travailler et c’est là que pour moi ça a commencé à se stabiliser.

 Aller crier sur les gens pour leur dire qu’on fait qu’un et qu’il faut s’unir pour ne pas se détruire c’est peut-être pas la bonne stratégie parce qu’on est tous un peu malade donc il va falloir que je pose les choses d’une manière beaucoup plus professionnelle.

Mise en place du projet transdisciplinaire

 C’est ce qui m’a amené à faire ce que je fais aujourd’hui c’est-à-dire  gérer ce projet de recherche en éducation transdisciplinaire. Ca veut dire simplement qu’on va prendre toutes les disciplines, on va les mélanger pour obtenir une nouvelle connaissance qui nous permet de résoudre un problème. Le problème qu’on cherche à résoudre c’est « comment ne pas finir dans le mur des limites planétaires et comment devenir une espèce qui est durable ».

 C’est un éveil de conscience qui a commencé en janvier 2017 donc ça va faire aujourd’hui bientôt 7 ans. Ca a évolué en maturité et c’est encore en train d’évoluer puisqu’aujourd’hui j’apprends tout en le faisant à effectuer la mission que j’ai choisi dans cette incarnation.

La mise en pratique du pouvoir créateur

  • Comment gères tu les défis ou les obstacles qui peuvent se trouver sur ton chemin spirituel ?
  • C’est simple en fait pour moi en bout de ligne c’est toujours des opportunités d’évolution donc je prends tous les obstacles que je rencontre comme des opportunités.

 Je regarde ce que je peux en apprendre, ce que ça m’apprend sur moi, sur les autres, sur le monde dans lequel je suis. Je vais chercher à les  transformer en opportunité.

 L’impact de l’éveil dans la matière?

Pendant longtemps quand je faisais des conférences sur mes travaux, j’avais le public qui rentrait en sidération. Je sentais que les gens se  dissociaient.  Je finissais ma présentation et j’avais un public qui semblait incapable de réagir, qui était sonné par ce que je venais de partager.  Aujourd’hui j’ai plus du tout le même retour, des  gens qui viennent me voir disent  que c’est génial.

 Ca m’a ouvert l’esprit. Aujourd’hui je sens qu’il y a vraiment un impact et une reconnaissance qui vient et puis avec ça aussi une capacité de de monétiser  mon travail. Ca fait quand même aujourd’hui  5 ans que je travaille, que je paye pour travailler et là grâce à ces retours et à cette réceptivité, je suis aussi capable de monétiser mon projet. C’est super important parce que ça va me permettre de le développer et de faire passer le message avec plus de moyens plus efficacement.

Conseil aux personnes qui ont envie d’évoluer sur le chemin de l’éveil ?

  • Il y a vraiment foison de pratiques. C’est un petit peu dur d’en recommander une plutôt qu’une autre parce que ça va vraiment dépendre des personnes, du contexte et de leur niveau.

Pour moi en tout cas, c’est de prendre du temps parce que je suis quelqu’un qui est très analytique, très dans la tête. Prendre du temps pour me reconnecter à mon corps à travers le yoga, à travers la méditation.

Je peux aussi dire que j’ai eu des très belles ouvertures avec les psychédéliques. Il me semble qu’elles sont encore interdites en France. Ce qu’il faut savoir c’est qu’aujourd’hui il y a de plus en plus de recherches qui montrent leur potentiel dans le traitement de nos problèmes psychologiques. Des problèmes qui sont plutôt des défis mentaux et émotionnels. C’est logique puisqu’on est en phase d’évolution donc on est en phase de remise en question et de réorganisation psychologique.

 Pour moi quelque chose qui me paraît fondamental c’est de prendre l’univers comme son maître. C’est-à-dire ne pas avoir une pratique, un gourou ou une école. C’est vraiment comprendre que tout ce qu’on expérimente et tout ce qui est autour de nous peut nous apprendre des choses. Prenons tout ce que l’on vit comme des opportunités de grandir, d’apprendre.

 Une autre pratique qui est importante c’est le détachement de nos états émotionnels et mentaux. C’est la capacité de se laisser traverser par des pensées et des émotions  qu’on aurait plutôt envie de refouler. C’est être ouvert à notre expérience intérieure sans chercher à contrôler ou à réagir.

 On fait quand même face à des défis qui sont assez importants. C’est normal que ça nous bouscule parfois mentalement émotionnellement. Il est très important d’accepter que cela fait partie de notre processus d’évolution.

Pratiquer l’acceptation de soi et de ce qui peut nous traverser dans ces moments un petit peu difficiles.

  • Tout ne fait que passer finalement
  • Oui, ceci dit ça peut passer douloureusement.  Que ça soit ça soit au moins plaisant.

 Où est la place de l’amour universel et du cœur dans tes projets?

 Tu peux passer par le mental pour aller au cœur ou par le cœur pour aller au mental. En fait, là ce dont  je parle c’est d’un réalignement entre ce qui est de l’ordre de la logique de l’esprit donc ce qu’on appelle la rationalité et aussi de la logique du cœur, ce que tu vas appeler l’amour.

 Pourquoi on a énormément de mal avec le cœur et l’amour? C’est une notion qui est mal comprise. Je m’adresse à un public qui considère que l’amour est une notion de bisonours, de ringard. Donc, je  m’intéresse à ce public.

 Si je leur parle d’amour universel, ils vont me dire « ok encore un hippie qui comprend pas comment marche la vie, ce n’est pas la peine de l’écouter ». Je suis quelqu’un de très logique, de très mental. La logique de l’esprit amène  à l’ouverture du cœur et c’est ce que moi je porte à travers mon message.

 Est-ce que ça s’est passé comme ça pour toi ?

Je suis encore en travail. Je fais encore un travail sur mon ouverture de cœur. C’est le chemin. Ces messages très spirituels que beaucoup de gens ringardisent pour moi aujourd’hui font extrêmement sens mais sont mal compris par les gens qui pensent être dans la raison. Ils sont en fait sont dans la déraison parce qu’il partent sur des fausses croyances comme « l’homme est un loup pour l’homme « , « c’est dans la nature humaine d’en vouloir toujours plus et de se battre avec les autres »…

 Non ce n’est pas dans la nature humaine. En tout cas pas dans la nature humaine immuable. C’est un état de stress traumatique, des schémas de survie primaire qui sont ancrés dans la peur, qui s’autoalimentent. On a besoin d’en prendre conscience aujourd’hui parce qu’ils nous envoient dans le mur.

 L’ouverture du cœur c’est un travail que je fais.   Ce que j’observe c’est qu’on a deux discours qui s’opposent alors qu’en fait  ils sont complémentaires.  On a le discours spirituel de l’amour universel  qui parfois a du mal à expliquer les choses logiquement. Et, de l’autre un discours qui essaie d’être très logique mais qui en fait ne l’est pas du tout.

 Les deux ont besoin  l’un de l’autre. Mon travail c’est aussi de faire le lien entre ces deux mondes. Ils se côtoient mais ne se comprennent pas.

Je suis aussi en phase d’intégration. Je ne me considère pas comme quelqu’un d’accompli. J’ai des prises de conscience sur lesquelles je suis encore en train de travailler pour pouvoir les intégrer. Je sais très bien que  je suis encore parfois souvent dans la peur, dans l’ego.  C’est pour ça que je fais ce travail sur moi aussi.  

Tu en as conscience déjà c’est bien.

 Oui bien sûr. Je sais aussi que ça fait partie de mon étape d’évolution qui est  à l’image de l’évolution de l’humanité.

Appel à la vigilance

 Attention parce que je vois aussi beaucoup de gens qui parlent beaucoup de cœur et d’amour avec beaucoup de faux semblants, des schémas bien égotiques cachés. L’idée n’est pas de juger, juste d’en avoir conscience et de comprendre qu’on est là pour s’aider.

 Il y en a qui vont être plus fort dans la logique et d’autres qui vont être plus fort dans l’ouverture du cœur. L’idée c’est de travailler ensemble. En bout ligne ce qu’on veut c’est que les deux travaillent en alignement : les valeurs du cœur, les valeurs de de l’esprit alignées en conscience avec ce qui vient des tripes.

 Cet alignement devrait être naturel. Seulement ce qui nous désaligne aujourd’hui c’est notre bagage traumatique individuel et collectif, les blessures psychiques des ancêtres.

Les vertus de l’état d’éveil pour la société

  • Oui tout à fait je pense que notre état d’être suffit à déclencher des choses et  ça fait partie du processus. Ce déclenchement a quand même besoin d’être accompagné et je pense qu’ il faudra qu’on travaille de manière intentionnelle collectivement à ce que notre planète devienne un espace sécurisé de guérison, de reconnexion à soi,  d’évolution spirituelle.

 Je pense que là où on en,  la meilleure manière de déclencher des choses autour de nous c’est dans une façon d’être,  dans une façon de partager. A un moment il faudra qu’on ait un mouvement global de régénération.

 C’est comme si l’humanité aujourd’hui était une chenille. Elle mange compulsivement tout ce qu’elle a autour, elle ne s’arrête jamais.

 L’humanité c’est la chenille qui arrive à maturation mais qui a besoin d’arrêter de manger compulsivement, de se faire un cocon pour devenir un papillon. Je dis pas qu’on va avoir des ailes qui vont nous pousser derrière nos épaules.  Ce que je dis c’est qu‘on va devenir conscient de nous-mêmes,  de nos pouvoirs créateurs et qu’effectivement ça va nous faire pousser si on en devient conscient collectivement.

  • J’aimerais bien avoir des ailes, je suis déçue si tu me dis qu’on n’en aura pas.
  • D’ici quelques millions d’années on aura fait cette évolution peut etre avec la technologie. Pour l’instant , l’important c’est de devenir conscient de nous-même et de nos pouvoirs créateurs et de notre interrelation avec tout ce qui est. Si on fait déjà ça collectivement, c’est déjà pas mal.
  • Si on fait déjà, ça après on pourra demander des ailes.

  • Merci beaucoup  pour toutes ces réponses.
  •  Merci pour cet accueil.
  •  On continue de suivre  ton évolution et tes activités.
  • Pareillement continuons à concréer et à évoluer ensemble.

N’hésitez pas à partager cette bulle de conscience si vous l’avez aimé

Partagez sur votre réseau préféré

En savoir plus sur Vérité Intérieure

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture